radiographie

 radiographie

Si on veut pouvoir proposer une solution spécifique pour chaque patient, il est indispensable d’explorer la colonne vertébrale pour chacun. Un certain nombre d’examens sont disponible pour voir l’anatomie, le fonctionnement, les symptômes douloureuses, l’inflammation et le fonctionnement du système neurologique. Pour établir un diagnostique il n’est pas nécessaire de disposer toutes ces examens systématiquement, par contre il est important de ne pas dépasser un certain délai, car la pathologie peut changer.

Généralement, une radiographie de face et de profil du rachis lombaire et thoracique est pratiquée en position debout.

 Il est important que la radiographie soit en position debout pour que nous puissions apprécier des déplacements dus à la gravitation car ceci est annulé en position couchée.

 

Des radiographies spécifiques peuvent également être demandées. La radiographie « full spine » est réalisée de telle manière que la colonne vertébrale entière puisse être vue.

Sur la radiographie « full spine » de face, nous recherchons des déformations et des déséquilibres, sur la radiographie de profil, nous recherchons les anomalies de l’équilibre sagittal. Sur ce type de radiographie, il est important que la base du crâne et les têtes fémorales puissent être visualisées tout le long du rachis thoracique et lombaire.

Les radiographies ¾ du rachis lombaire sont utiles pour apprécier les lésions au niveau isthmique. Ainsi, elles permettent de diagnostiquer les spondylolisthésis par lyse isthmique.

Les radiographies déroulées de la charnière lombo-sacrée permettent d’apprécier cette zone de manière spécifique car elle n’est pas bien visible dans beaucoup de cas sur une radiographie de face en position debout.

 

Les radiographies dynamiques de flexion-extension lombaire permettent de rechercher une instabilité.

Image Image C Les radiographies de « full spine dynamiques » de face permettent de rechercher une réductibilité des déformations scoliotiques ou autres, de « full spine profil dynamiques »  permettent de rechercher la réductibilité d’une lésion cyphosante.